1.  Guérir une société atomisée et divisée.

2. La connaissance comme clé d'un avenir meilleur et d’une prise de recul.

3. Lecteurs et auditeurs : reconnaître et accepter les différences.

4. Se rassembler en tant que communauté mondiale.

5. Acquérir des connaissances n'est pas une compétition.

6. Les livres papier ont toujours leurs avantages.

7. L'économie devrait commencer à évoluer vers une économie circulaire.

8. Les meilleurs livres méritent d'être partagés.

9. Tous les livres n’apportent pas tous de la valeur

10. La connaissance doit être accessible à tous.

11. Cacher et découvrir des livres et leurs idées précieuses.


1. Guérir une société atomisée et divisée.

Ni l’atomisation ni la division ne sont des avantages à long terme pour une société en pleine expansion. L’une des meilleures façons de réduire la distance entre les gens est de renforcer les liens entre eux grâce aux interactions émotionnelles et intellectuelles. Les liens humains crées en temps réel avec des conversations face-à-face permettent une compréhension et un respect plus profond d’autrui. Les débats intérieur des personnes sont d’une grande utilité pour les gens qui ressentent ce besoin. Pour n’en nommer que quelques-uns : la résolution de conflits, une plus grande empathie, un contrôle émotionnel, une vision plus large du monde. Selon Merriam-Webster un débat est une discussion entre les gens dans laquelle ont expriment des opinions différentes sur quelque chose. Il faut être deux pour faire un changement… mais il suffit d’être seul pour trouver l’autre.

2. Le savoir, clé d’un avenir meilleur et d’une introspection.

Aujourd’hui, la science nous dit que le cœur de tout ce que nous voyons peut être retracé à :

-La matière qui  possède de l’énergie qui peut-être générée lors de sa destruction.Cette matière forme des structures complexes,(exemples:corps humain) qui obéit à certaines règles.

-Certaines de ses règles sont encrées dans nos gènes , qui ce sont modifiés pendant des millénaires

-Plus récemment , notre conscience qui nous permet de découvrir, d’utiliser et d’influencer ses règles d’une certaine manière.Celle qui alimente et influence nos sociétés et civilisations et qui est mobilisable grâce à des mots.

-Les mots forment des phrases qui peuvent exprimer des histoires, des mythes, des faits, des doctrines...donc le monde que nous connaissons

L’endroit où nous entreposons et partageons la plupart de ces mots s’appelle « Livres ». Nous, les humains, avons commencé avec quelques histoires qui ont constituées quelques livres. Aujourd’hui, nous avons environ 134 021 533 titres de livre.

L’histoire nous enseigne que le savoir a toujours été lié au pouvoir. Les prêtres avaient la domination exclusive sur le « peuple » illettré. Les astronomes qui prédisaient le mouvement des étoiles ont été à l’origine d’innombrables inventions et révolutions, les alchimistes savaient manipuler les métaux, les scientifiques pouvaient calculer la puissance des bombes atomiques et ainsi de suite. La connaissance était si précieuse qu’elle était souvent gardée secrète, ou détournée Aujourd’hui, certaines des connaissances que nous avons produites se trouvent dans nos poches ou sur nos étagères.

Passons maintenant à une histoire plus moderne. L’invention de l’imprimerie par Johannes Gutenberg combinée à ce tout nouveau phénomène que nous appelons « Internet » a fait place à la démocratisation totale du savoir.

« L’aspect le plus triste de notre réalité actuelle est que les scientifiques accumulent du savoir plus rapidement que notre société accumule de sagesse »- I. Asimov

Le savoir que nous possédons, celui qui repose sur nos étagères toutes poussiéreuse, et là, imprimé et près à être lu…

3. Lecteurs et auditeurs : Reconnaître et accepter les différences.

Comme une forme d’apprentissage , la lecture n’est pas meilleur que l’écoute

La lecture est une toute nouvelle façon d’apprendre et d’acquérir des connaissances que tout le monde n’apprécie pas forcément ou ne traite pas de la même manière. Depuis l’aube des temps ancien, le savoir se transmet à travers des histoires que les gens se racontent. Bien que la lecture puisse être un moyen très puissant et efficace de recueillir des connaissances pour beaucoup, écouter des histoires et des idées peut être tout aussi puissant. On doit découvrir la façon dont on apprend le plus efficacement et l’appliquer sur tous les autres.

Aujourd’hui, en 2021, nous devons encore nous parler pour mieux nous comprendre. Beaucoup de choses peuvent aussi être communiquées de façon non verbale (c.-à-d. par nos actions et notre comportement envers les autres). Déconstruire la stigmatisation autour de ceux d’entre nous qui préfèrent écouter plutôt que lire, et combler le fossé entre les auditeurs et les lecteurs est primordial non pas pour l’unité sociale, mais pour une abondance plus riche et plus diversifiée de sagesse et de connaissances mondiales.

Différentes personnes apprennent mieux grâce à différentes méthodes. Certains préfèrent les balados, les livres audio et les histoires au texte. Reconnaître cela peut nous aider à accepter les différences afin que nous puissions tous apprendre que, malgré nos différences, nous pouvons et devrions tous nous parler les uns aux autres. Auditeurs avec des lecteurs et vice-versa.

4. Se rassembler en tant que communauté mondiale.

Parler est un autre moyen de répandre l’information. Au XVII siècle, la naissance des cafés a permis à des personnes de statuts sociaux différents d’échanger des idées. "[...] les cafés servent en grande partie de centres d’interaction sociale : un café fournit aux clients un endroit pour se rassembler, parler, lire, écrire, se divertir, ou passer le temps, que ce soit individuellement ou en petits groupes. (1)" par exemple : "Le Café Procope de 1686 existe encore aujourd’hui et a été un lieu de rencontre populaire des Lumières françaises ; Voltaire, Rousseau et Denis Diderot l’ont fréquenté, et c’est sans doute le lieu de naissance de l’Encyclopédie, la première encyclopédie moderne.(2)"

Aujourd’hui, la lecture de livres en papier n’est pas aussi populaire que par le passé. En raison de l’utilisation généralisée de l’Internet, des livres électroniques, du rythme mondial rapide et des multitudes d’autres médias, les livres en papier deviennent quelque chose de plus privé et rarement pris pour les clubs de lecture. Il est plus courant de parler de livres sur les médias sociaux. Malheureusement, tout le monde ne veut pas participer à de tels monologues, ni ne veut créer un chaîne YouTube.

Se réunir dans un lieu physique peut jouer un rôle énorme dans la formation de communautés et de sociétés saines, et les livres peuvent être une excellente base pour cela.

Une communauté saine exige de créer des liens, de ressentir et de donner du respect, de la confiance, des connaissances . Tous ces éléments réunis améliorent grandement toute communauté. Nous sommes des animaux sociaux, et nous avons donc besoin de nous améliorer nous-même tout autant que de nous améliorer dans notre communauté mondiale.

5. L’acquisition de connaissances n’est pas un concours.

Que vous écoutiez ou lisiez, donnez-vous du temps. Ce n’est pas une compétition. Ce n’est pas un sprint. Ce n’est pas un marathon.

Nous avons tous des capacités d’apprentissage différentes. Nous apprenons tous certaines choses seulement à certaines périodes de notre vie.

Personne ne peut tout savoir. Nous vivons dans une ère de spécialisation qui nous apporte l’abondance, mais savoir des choses sans rapport est tout aussi important.

La sagesse est un pilier nécessaire d’un monde pacifique, et elle peut aussi provenir de liens avec les gens, pas seulement des livres.

Un livre lu par une personne, devrait parfois attendre des décennies pour tomber dans les mains d’une autre, jusqu’à ce qu’il ou elle soit prêt pour ses idées. La mesure dans laquelle un livre peut encapsuler la connaissance et la sagesse est inestimable.

6. Les livres papier ont toujours leurs avantages.

Beaucoup de lecteurs apprécient encore les livres imprimés. L’odeur, le plaisir de tourner des pages, les objets tangibles qui ne fonctionnent pas grâce à de l’électricité.

Lire un livre peut accroître notre tranquillité en raison du manque de distractions (par rapport à la lecture d’un livre sur un téléphone portable, un ordinateur ou une tablette).

La lecture d’un livre de papier peut également être facilement visible et peut influencer le subconscient des autres. Des copies papier comme des objets tangibles peuvent être échangées.

7. Transition vers une économie circulaire.

Au lieu de laisser le savoir précieux et la sagesse s’accumuler sur nos étagères, nous aurions tout à gagner à les utiliser et à partager cette sagesse avec les autres.

Revendre des livres ne résout pas le problème, parce que tous les livres ne valent pas la peine d’être revendus. Par exemple, certains livres sont trop bon marché, ou certaines personnes n’ont tout simplement pas le temps ou le désir de les vendre. Un véritable changement peut être provoqué par un changement de mentalité sur la lecture et le partage des livres permettant ainsi d’améliorer la société et la culture. Abandonner un livre ne veut pas dire ne jamais le revoir.

Les livres peuvent apporter des diverses idées à de diverses personnes. Nous les percevons souvent à travers nos propres personnages et vies qui sont tellement compliquées. Les livres devraient devenir un médium pour les idées, ils devraient les rassembler comme une boule de neige qui dévale une montagne. Introduire de nouvelles idées dans un système circulaire apporterait encore plus d’idées aux autres, plutôt que dans l’économie actuelle où le sort de chaque livre est une étagère poussiéreuse.

« Nous avons cette idée qu’au lieu de laisser les livres moisirent derrière une grille de fer, loin d’un regard méprisant, il est mieux de les user en les lisant » - Jules Verne

Autrefois, un livre avait une valeur colossale (par rapport à une voiture de nos jours). Un livre était écrit et copié à la main. Il n’était pas économiquement utile de faire des marques ou d’écrire dedans.

Aujourd’hui, un livre peut être imprimé et réimprimé en millions d’exemplaires et de multiples réimpressions, et est souvent assez bon marché. Encercler, mettre en évidence et marquer ce que nous considérons comme important, ainsi qu’ajouter des idées devrait être une technique précieuse utilisée par de nombreux lecteurs, surtout s’ils veulent partager le livre avec d’autres.

« Un livre lu par mille personne et un livre mille fois différent » - A. Tarkovsky

Les enregistrements, les citations, les notes, de tous ceux qui ont lu un exemplaire particulier d’un livre devraient être disponibles afin de se connecter, discuter et apprendre dans l’économie circulaire avec d’autres lecteurs.

8. Les meilleurs livres méritent d’être partagés.

Partager des livres, c’est laisser les autres les lire et en découvrir la connaissance et la sagesse. Un livre qui nous touche, nous fait crier et sauter de haut en bas dans l’excitation, nous invite à le partager, le donner pour qu’il soit lu par les autres.

Quand un livre est recueilli et stocké pendant des décennies, personne ne sait ce qui va lui arriver après la mort de son propriétaire, donc la connaissance de leurs titres ou de leur emplacement est perdue. Tant que les livres ne sont pas trop chers ou n’apportent de valeur sur une base quotidienne, ils seraient exponentiellement plus précieux s’ils étaient publiés et partagés avec d’autres une fois lus.

Entreposer des livres pendant des années sans jamais les regarder ,c’est comme regarder un arbre qui tombe dans la forêt où personne ne peut l’entendre. La vraie sagesse est de connaître le POURQUOI derrière le lâcher-prise, et de partager l’expérience enrichissante avec quelqu’un d’autre.

Lors de l’achat d’un livre, on devrait payer pour les connaissances et l’accès rapide à elle - pas pour le papier !

Garder des livres sur les étagères peut générer un besoin excessif et - comme les bases de l’économie nous le disent - générer un pic de l’offre . Nous produisons plus que nécessaire. Plus de papier. Plus d’arbres.

Montrer une étagère à un autre la transforme en ce que nous appelons Hamaik (Le terme est dérivé de Hawaïen : hama signifie « ouvert », et ike signifie « connaissance »).

La vraie richesse vient de livres qui ont été lus et relus par d’autres une fois que le lecteur sent qu’il ou elle a glané la sagesse désirée de lui. La simple accumulation de livres et le fait d’avoir un grand espace pour eux ne signifie pas nécessairement la richesse.

9. Les livres n’apportent pas tous de la valeur.

À une époque où des millions de livres sont publiés chaque année, il est difficile d’en déterminer la valeur. L’argent est mis en tant que pilier central pour la vie des gens ainsi les livres sont souvent imprimés pour la seule raison de faire de l’argent.

Cela rend la recherche d’une lecture précieuse plus difficile et nous sommes bombardés par la lecture de recommandations sur Internet.

Y a-t-il une meilleure recommandation que de remettre un livre de papier à une autre personne? Les livres de prêt apportent la responsabilité et la possibilité de le critiqué ou dans débattre.

Cela augmente la valeur des recommandations et filtre les mauvaises lectures.

Schopenhauer nous dit dans l’ un de ses grands essais, trois (entre autres) choses clés :

-Réfléchis à ce que tu viens de lire
-Lis les textes de d’origine
- Les mauvais livres sont comme un poison

10. Les connaissances devraient être accessible à tous.

La production des livres coûtent encore de l’argent. Dans le monde où l’inflation est plus fréquente et où la déflation semble être l’ennemi, de plus en plus de gens auront du mal à acheter des livres. Partager des livres au lieu de les acheter et de les vendre peut aider à cela.

Personne n’a besoin d’acheter tous les livres de la planète.

11. Cacher et découvrir les livres et leurs précieuses idées.

Nous croyons que le partage de livres sur papier et de leurs idées si précieuses est la façon la plus efficace et la plus enrichissante de créer des communautés significatives, de créer des liens durables et d’ouvrir la conversation, la discussion et le débat dans le monde entier. Cela permettrait alors de favoriser le respect mutuel et l’empathie, et d’améliorer nos normes morales, culturelles et sociales. Cela aiderait aussi à réduire le gaspillage et à mieux utiliser nos livres. De cette façon, les livres pourront gagner en qualité au fil du temps, et des étagères uniques pourront donc s’ouvrir partout dans le monde, en lançant une circulation plus rapide des connaissances au sein d’une société donnée. En bref, nous pouvons donner aux livres - et aux gens qui les lisent - une toute nouvelle perspective et une toute nouvelle vie.

Questions
Et si quelqu’un vole mon livre ?

Chaque livre qui est publié devrait avoir une étiquette ,un code ou des informations à l’intérieur pour indiquer qu’il appartient à l’idée d’«open knowledge » et ne devrait pas être revendu. Chaque livre sera publié par un individu qui peut-être vous. Si vous publiez un livre vous devez être d’accord avec les déclarations écrites ci-dessus, certaines d’entre elles sont:

La richesse est la connaissance dans votre tête, pas sur les étagères.
Nous devons nous réunir dans le monde réel et échanger des idées (p. ex., au moyen de livres).
La collecte de livres ne fait que ralentir nos progrès.
Lors de l’achat d’un livre, on devrait payer pour les connaissances et l’accès rapide à elle - pas pour le papier à stocker.

À long terme, le monde dans lequel nous vivrons est celui où nous partagerons le savoir sans retenue. Garder un livre juste pour quelques dollars signifie que la valeur, la sagesse, la joie que le livre nous a apporté était assez faible, ne valait pas l’argent.

Il y aura toujours des gens avec de mauvaises intentions, mais ce n’est pas une raison pour travailler contre une meilleure culture pour tous.

En Iraq, les gens disent :

Le lecteur ne vole pas et le voleur ne lit pas.


Ce n’est pas écrit, c’est seulement connu de tous. Travaillons tous à cette compréhension.

Nous sommes dans une période de transition vers un état où les gens reconnaissent la relation entre la connaissance, la richesse et le bien-être de chacun d’entre nous.

Mise en œuvre

Selon votre profil, vous préférerez peut-être faire différentes choses :
Vous êtes une personne qui aime lire et qui aimerait en parler davantage.

YouTalky vous permet d’enregistrer vos pensées et d’ajouter des audios sur la plateforme. Vous pouvez connecter vos enregistrements directement au livre ou à la copie physique que vous détenez. Ces enregistrements sont accessibles lors du partage d’un livre avec label (code QR), en saisissant le code du livre ou en saisissant la plateforme en faisant une recherche manuelle.
Vous êtes une personne qui apprend en écoutant

YouTalky montre tous les enregistrements récents de tous les livres que les gens ont publiés. Ces enregistrements peuvent être commentés par d’autres personnes et ces commentaires peuvent aussi être commentés. Cela crée une plateforme pour tous ceux qui préfèrent écouter pour n’importe quelle raison. Les lecteurs génèrent des enregistrements afin que les livres et les idées puissent atteindre plus de gens.

vous êtes une personne qui veut délivrer au moins un livre au monde

Dans ce cas, YouTalky vous permet d’ajouter votre livre au système afin que tout le monde sur Internet puissent voir son emplacement approximatif. Afin d’ajouter un livre, vous devez créer une bibliothèque où ce livre pourra être trouvé ou ramassé (sur contact précédent).

L’étagère peut être une étagère dans un café, votre maison privée ou un banc dans le parc. Selon l’endroit où ils se trouvent, vous pouvez rencontrer des gens pour leur donner le livre, mais ce n’est pas nécessaire (vous pouvez simplement le mettre sur les étagères publiques).

Il n’est pas nécessaire de publier des livres. Vous pouvez simplement les emprunter ou les écouter.

Comme vous pouvez le voir, il y a une grande flexibilité pour répondre aux besoins de tout le monde.

Nous sommes tous différents.
Vous êtes une personne qui possède un endroit qui pourrait avoir une étagère de livre public

Si vous êtes le propriétaire d’un lieu d’affaires - café, céramique, restaurant, librairie, espace de coworking, cinéma, etc. Tout endroit où les gens pourraient venir chercher et / ou laisser leurs livres, vous pouvez enregistrer votre bibliothèque.

Chaque bibliothèque peut avoir un logo et doit avoir un emplacement.

Vous pouvez créer plusieurs étagères si vous possédez un réseau d’endroits.


Comment faire ?

Lecteurs :

Libérer un livre signifie être prêt à le donner à une autre personne. Une fois que le livre est libéré, il commence à être visible pour les gens à proximité. Il a un code qui devrait être écrit ou imprimé à l’intérieur pour aider à d’autres échanges.

Vous pouvez publier le livre en allant à la recherche « Bookle » et en tapant le titre que vous voulez partager.
Vous pouvez trouver un livre près de chez vous en allant à la « World View » ou en cherchant le titre que vous recherchez sur « Bookle »

Auditeurs :

Il suffit d’entrer, de trouver une idée intéressante ou un commentaire et écouter!
Vous pouvez et devriez participer à des conversations. Il suffit de cliquer sur le bouton d’enregistrement et de commencer à parler. Les auditeurs sont aussi importants que les lecteurs!
Vous pouvez partager des liens avec des personnes avec lesquelles vous aimez discuter et commencer la discussion. De cette façon, vos pensées sortiront des chats privés Telegram, Facebook ou WhatsApp.

Orateurs :

Vous pouvez dire quelque chose sur un livre ou répondre aux commentaires ou aux l’idées d’autres personnes.

Comment aider ?

Communiquez avec nous et envoyez vos commentaires. Dites-moi ce que vous en pensez. De quoi avez-vous besoin et ce qu’il faut changer.

Merci!

Unis, nous demeurons, divisés, nous sombrons.